Simon Wood

Simon Wood's Blog

If you live in the Sacramento area, I’m going to be the guest Capitol Crimes where I will be discussing Dangerous Coworkers…the story behind his novel TERMINATED, the third book in the Bay Area Quartet.  I’ll probably tell some other stories too.  It’s free to attend so bring a friend!

When: Saturday, November 16, 2019, 1:00 PM – 3:00 PM
Where: Rancho Cordova Library, 9845 Folsom Blvd #1397, Sacramento, CA 95827

Read more

Call me “Mister November” because my piece on writing antiheroes is the feature article for the November issue of the UK magazine, THE WRITERS’ FORUM.  I’ve never had the cover story before so I’m quite chuffed that my piece inspired the issue’s cover art.  You can snag a copy from WH Smith’s in the UK and Barnes & Noble in the US.  Alternatively, you can order a copy from the publisher.

Read more

It’s Halloween so you’re entitled to a spooky story…however, this is one is true. So please enjoy…

MY OTHER SISTER

I was seven when I met my other sister.

As a child, it wasn’t uncommon for me to wake up during the night craving something to drink. I usually slept with a glass of water or juice on the nightstand next to my bed. On this particular night, I’d drained my glass and found I still hadn’t quenched my thirst. I hopped out of bed and, glass in hand, left the bedroom I shared with my sister, three years my younger. I switched on the landing light so I wouldn’t disturb anyone and trotted downstairs to the kitchen. I made myself a drink and took it back up the stairs.

As I reached the top of the stairs and turned to face my bedroom, a full-length mirror next to my sister’s bed reflected my image. I wasn’t alone in my reflection and I froze. Behind me was my sister wearing her black polka dotted nightdress. She was lying on the top stair, her face stricken in pain, reaching out to grab my bare ankle. She fixed me with her totally black eyes. There were no whites in her eyes at all, just solid black. Her mouth opened and closed as if trying to say something, but no words made it out.

My mind whirled. How had my sister followed me down the stairs and sneaked behind me without me noticing? What had caused her eyes to turn black? My mind snagged on the falseness in the reflected image, preventing me from answering the questions. For to the left of the mirror, my sister slept soundly in her bed, her face turned away from me. The fact she was wearing a flowered nightdress and not the polka dotted one only confirmed the impossibility of the distressed girl in the reflection being my sister.

My other sister’s hand continued to reach out for me and was within inches of grasping me. I couldn’t tell if she existed only in the reflection or whether she was right behind me. I didn’t dare turn my head to find out. In the reflection, my view of her was at least twenty feet away, but if I turned to face her, then those black eyes would be right on top of me.

Whether my other sister really meant me harm or just needed my help, I didn’t have the courage to find out. I bolted for my room, throwing my drink into the air and screaming all the way. This meant running directly at the mirror and if my other sister existed there, then I was running straight towards the creature and not away from it. In the mirror’s reflection, my other sister made a desperate lunge, missed me and collapsed on the landing, but she lacked the strength to give chase. I hurled myself on the bed and buried my face in the pillow and bedclothes.

My screams woke my sister and my parents. My mother had to pry me from the mattress that I clung to in the fear that it wasn’t my mother who had me, but a false mother like the false sister I’d seen in the mirror. Even when she managed to unpeel my fingers from the mattress, I refused to open my eyes in fear that I was in the arms of a phantom. But when my mother shushed me and rocked me, I knew no false mother would treat me with such tenderness and I opened my eyes.

“What’s wrong?” my mother asked. “Why all the screaming?”

Through my sobs, I choked out the event I’d witnessed. My mother showed me that my sister, although crying herself from being rudely awakened, was okay, and more importantly, that her eyes were okay.

“You were dreaming,” my mother insisted.

How could it be a dream? I’d made myself a drink. I told my mother this.

“Well, whatever you saw, it isn’t there now,” she said.

“How do you know?” I demanded.

“Because we would have seen it when we came into the room. Come on, come look.”

My mother tried to show me, but I clung to my bed. She wrenched me free and I went with her, even though I dug my toes into the carpet. She showed me that nothing lurked on the landing, other than my father cleaning up my spilled drink.

At some point when I’d calmed down, my parents put me to bed, but I failed to fall asleep straight away, fearing my other sister would return to get me. Finally, exhaustion claimed me and I slept through until morning.

After that night, I developed a fear of mirrors after dark. Once the sun had set, I averted my gaze or closed my eyes when passing a mirror. I wanted to hang something over the mirrors, but I didn’t want to expose my fear. If I woke during the night needing a drink, I let my thirst go unquenched. Nothing would get me out of bed after dark. I never wanted to meet my other sister again. I feared my escape might not be guaranteed.

Two weeks after the incident my sister was struck down by a nasty bout of flu, which kept her, confined to her bed for several days. The nightdress she wore when the flu hit was her black polka dotted one.

I don’t know if the phantom sister I saw was a premonition of some kind, but I never saw my sister in that stricken pose on the stairs during her influenza bout or at any other time and she never possessed those black eyes. I wonder if the phantom was some form of guardian spirit trying to warn my family of a threat to my sister’s welfare? Regardless, I didn’t look into a mirror at night for another seven years fearing a repeat encounter with my other sister or some other phantom that lurked in mirrors.

Eventually, when I summoned up the courage in my teens to stare into a mirror at night, I saw nothing, although I broke out in gooseflesh fearing that I would. Now, I’m in my thirties, and if I’m honest, I still fear what I’ll see in a mirror. If I have to get up at night, I don’t turn on the lights and I keep my eyes averted. My other sister has never shown herself again, but I can never be sure it will stay that way…

 

Hopefully this tale has put you in the mood for your Halloween celebrations. If you’re looking for something a little spooky to read, I hope you’ll pick up ROAD RASH or my other darker titles THE SCRUBS and DRAGGED INTO DARKNESS.

   

Read more

It’s Halloween and a couple of my Halloween scares written under my pen name, Simon Janus, are on sale this week at Amazon.

In THE SCRUBS, James Jeter, the notorious serial killer with a sixth sense, holds court inside London’s Wormwood Scrubs Prison. He’s the focus of the “North Wing Project.” Under the influence of a hallucinogen, Jeter can create an alternative world known as “The Rift” containing the souls of his victims.

Pardons are on offer to inmates who’ll enter The Rift. Michael Keeler has nothing to lose and little to live for. He’s sent into The Rift to learn the identity of Jeter’s last victim.

It’s a mission where the guilty can be redeemed, but at a price…

For US readers, get it here for 99c here.
For UK readers, get it here for 99p here.

 

In ROAD RASH, Straley might think his life is cursed, but it doesn’t compare to what lies ahead of him on life’s highway. He’s on the run with the proceeds of a botched bank robbery. It’s all he has. His crew is dead and his getaway car just died on him. He’s on foot with the cash when he comes across a two-car pileup. There’s no saving the drivers, but he can save himself and steals one of the wrecked cars. But he boosts the wrong set of wheels. Within an hour of driving off, he develops a rash that eats away at his flesh. No doctor can help him–only the car’s original owner. If Straley wants his skin back, he must journey on the road to redemption, which ends in the heart of Central America.

For US readers, get it here for 99c here.
For UK readers, get it here for 99p here.

The books are available from other usual retail outlets and available on audio in the case of ROAD RASH.  Just click the book titles for details.

I hope I’ve given you something to keep you busy this Halloween.  🙂

Read more

Hooray!!  I have a new book, but it’s a little different.  I’ve crossed the aisle from writer to editor.  I’ve curated a group of stories for an anthology called TROUBLE & STRIFE.  It’s a Cockney Rhyming Slang themed collection of stories.  What is Cockney Rhyming Slang you ask?

Well, I’ll tell you.

It’s a coded language where you create/use an expression that rhymes with the word you want to use then use the expression instead of the word. For example “butcher’s hook” is used to mean “look” and “plates of meat” is used to mean “feet” and “skyrocket” is used to mean “pocket” and so on…  Invariably, the rhyming portion of the expression is dropped and the non rhyming element will take over.  So someone will say, “Give us a butcher’s at that?” and “My plates ain’t half hurt today” and “Here’s a tenner to put in your sky” and so on.  I hope that all makes sense.

Rhyming slang is rumored to have been created by criminals to deceive undercover police officers during the Victorian era.

What I love about rhyming slang is the phrases and expressions paint such colorful images…usually unrelated to their meanings.  Such as a Gypsy’s Kiss, Smash & Grab, Lamb to the Slaughter, Kick & Prance, to name a few.  These phrases have the spark to ignite stories.  So I invited writers from the US, Canada as well as the UK to come up with a story inspired by a particular phrase.  What can you expect from the book, well this…

Babbling Brook is a talkative inmate at the state penitentiary.
Mr. Kipper is fishier than he sounds.
Half Inch is a small distance that can lead to a much longer stretch.
A hairdresser has to pay his dues for a crime that took place at Barnet Fair.
Pleasure and Pain takes on a brand new meaning in the German countryside.
And you never want to meet a Lady from Bristol.

You don’t have to understand rhyming slang to enjoy this book. You just have to enjoy a damn good story. To see what the authors have come up with you’ll have to turn the page and take a butcher’s.

Stories featured are by Robert Dugoni, Catriona McPherson, Johnny Shaw, Steve Brewer, Paul Finch, Susanna Calkins, Sam Wiebe, Jay Stringer, Angel Luis Colón, Travis Richardson & Colin Campbell.

The book splashes down on December 9th (just in time for Christmas) so I hope you’ll snap up a copy!!

Read more

I’m happy to announce the release of the Italian edition of PAYING THE PIPER which will be published as OTTO ANNI PRIMA (which translates as EIGHT YEARS AGO). This is my second book with Italian publisher Newton Compton and I hope this book will do as well as first book with them as I’d like them to publish SAVING GRACE next. If you’d like to work on your Italian, this is what the back jacket says:

Quando il giornalista Scott Fleetwood riceve una chiamata anonima che gli offre un’intervista esclusiva con il pericoloso Pifferaio, il criminale che rapisce i bambini a San Francisco, non può credere alle sue orecchie. È un’occasione per aiutare concretamente le autorità a incastrarlo. Per anni, infatti, il Pifferaio ha terrorizzato le più influenti famiglie della città, costringendo i genitori a pagare un riscatto altissimo pur di riavere i loro figli. Ma gli sforzi di Scott per trasmettere le informazioni all’FBI si rivelano presto controproducenti: l’uomo che sta intervistando non è il vero Pifferaio, e la situazione precipita. Il bambino sequestrato viene ucciso. Per otto lunghi anni Scott ha convissuto con il senso di colpa. La sua leggerezza ha causato la morte di un innocente. Ma l’incubo non è ancora finito. Quando il Pifferaio torna a farsi vivo, non vuole un riscatto. Questa volta la posta in gioco è molto più alta. E in ballo c’è la vita del figlio di Scott.

The book is available in paperback and ebook. You can learn more on the OTTO ANNI PRIMA book page!

Read more

The first Aidy Westlake mystery DID NOT FINISH is my Book of the Week. It’s 99c/99p on Amazon.  DNF is very personal to me because it’s based on my experiences as a racecar driver. It’s a period of my life I am very proud of…and that’s includes the good, the bad and the ugly. Motor racing shaped me as a person and I’ve infused that into the character of Aidy. The storyline is inspired by an actual incident and a secret I kept for twenty years.

Amazon.com
Amazon.co.uk

The books are available elsewhere in all e-formats, print and audio. You can find all the links here. I hope you’ll pick up this story because this series is very special to me.

Read more

Over the last couple of years, I’ve built a friendship with translator Jean-Paul Deshayes. We’ve been working on a French translation of THE FALL GUY.  Our working title is LE BOUC ÉMISSAIRE.  As yet, we don’t have a publisher, but we thought we’d tease you with a snippet of what we’ve been beavering away on.  Enjoy!!

LE BOUC ÉMISSAIRE

1RE PARTIE : L’ACCROCHAGE

Todd regagna sa voiture au pas de course en maudissant ce distributeur de billets devant lequel il y avait toujours une file d’attente. Son poste d’empaqueteur dans une entreprise d’Oakland n’avait certes rien de glorieux, mais il ne tenait pas à le perdre s’il pointait en retard une fois de plus. De toute façon, un jour ou l’autre, son patron finirait par trouver une bonne raison de le virer. Il y gagnerait même à embaucher un singe vu que cet animal serait parfaitement capable de faire son boulot à sa place ! Todd était le premier à reconnaître sa propre incompétence car il ne faisait jamais long feu dans la même boîte. Il ne manifestait guère d’intérêt pour les jobs qu’il décrochait et, de toute façon, les capacités requises lui faisaient systématiquement défaut.

Il sauta dans sa voiture, content de ne pas voir de contravention sur le pare-brise et, faisant hurler la boîte de vitesses, enclencha la marche arrière. Il y avait belle lurette qu’il aurait dû faire réviser sa Honda Accord, mais même une révision complète n’aurait pas eu d’effet salutaire sur la transmission antédiluvienne, complètement déglinguée. La plupart du temps, c’était tout juste s’il savait quelle vitesse il passait. Le moteur de la Honda toussota devant la place de parking.

« Bon Dieu, tu vas y aller, oui ? »

Il bataillait pour trouver une vitesse de marche avant, mais elles grincèrent toutes de plus belle. Soudain, son pied glissa sur l’embrayage et la voiture, sursautant vers l’arrière, percuta un des phares d’une Porsche Boxster.

« Et merde ! » maugréa-t-il.

Des curieux observaient le spectacle avec amusement et sa gaffe n’était pas passée inaperçue. Impossible de se défiler, se dit-il. Cette fois, il trouva la première sans aucun mal et dégagea lentement sa voiture pour pouvoir jauger l’ampleur des dégâts.

Autour de lui, chacun y allait de son avis, lui expliquant quelle manœuvre il aurait dû faire et combien cela allait lui coûter. Il s’accroupit devant la Porsche, retira des débris du phare pulvérisé, puis passa la main sur le pare-chocs défoncé. Pour une voiture ordinaire, il aurait estimé les réparations à deux ou trois cents dollars, mais sur ce modèle allemand, ça chiffrerait en milliers de dollars. Sa bagnole à lui, déjà bien délabrée, n’affichait pas la moindre éraflure, tout comme Todd n’affichait pas la moindre envie de sortir son certificat d’assurance…

« Vous savez à qui elle appartient ? » demanda-t-il à la ronde.

Personne ne connaissait le propriétaire et quelqu’un lui suggéra d’attendre.

« Pas question. Je file au turbin. Faut que j’y sois à l’heure. »

« Je crois bien que vous n’avez pas le choix » ajouta quelqu’un d’autre.

« Je ne peux pas rester. Je suis déjà arrivé deux fois en retard cette semaine. » Todd fouilla dans la voiture à la recherche d’un bout de papier et d’un stylo. « Je vais laisser un mot. »

Il écrivit : Les gens pensent que je vous laisse mes coordonnées et les renseignements concernant mon assurance. Ce n’est pas le cas. Désolé.

Todd plia la feuille, marqua « Désolé » en gros sur un rabat, et la glissa sous un essuie-glace. Il haussa les épaules, s’installa rapidement au volant et décampa.

Il se sentait coupable d’avoir joué un mauvais tour au propriétaire de la Porsche mais, en même temps, cette vacherie lui procurait un délicieux frisson comme en témoignait son compteur qui affichait plus de soixante-quinze kilomètres à l’heure sur Telegraph avenue. Il inspira profondément et leva le pied.

En fin de compte, ce qu’il avait fait n’était pas si grave que ça. C’était un accident et il y avait de fortes chances que l’assurance du conducteur de la Porsche prenne en charge les réparations. De toute façon, avec ce genre de bagnole, se dit-il, on ne peut que s’attirer des ennuis. Il se gara sur le parking de son entreprise, sûr et certain que l’affaire était enterrée une fois pour toutes.

***

Le dimanche, Todd aimait bien faire la grasse matinée. Il traîna au lit jusqu’à dix heures, puis se rendit au kiosque du coin pour acheter son hebdomadaire. Flânant tranquillement entre les immeubles sur le chemin du retour, il déplia le journal, prit le magazine à l’intérieur et se mit à le feuilleter. Il n’avait pas remarqué que l’annonce d’une grosse saisie de drogue s’étalait à la une de l’hebdomadaire. Pour revenir à son appartement, il emprunta un itinéraire différent qui le fit passer à proximité du parking. En s’approchant de sa voiture, il ralentit le pas. Au premier coup d’œil, il crut que les vitres s’étaient embuées pendant la nuit… mais avec le temps qu’il faisait ? Quand il fut tout près de la voiture, il comprit qu’il s’était trompé : toutes les vitres de la Honda avaient été pulvérisées et les quatre pneus crevés. Il passa la main sur les rayures de la carrosserie. La partie courbe d’une pince à levier dépassait du pare-brise et on avait mis un mot en évidence un mot sous un essuie-glace. Il le retira et lut : « Devine qui c’est ? »

Todd n’eut pas besoin de deviner. Il savait qui s’était acharné sur sa voiture : le propriétaire de la Porsche à tous les coups. Todd n’avait pas oublié l’accrochage sur le parking, mais cela remontait déjà à plusieurs jours et il pensait que c’en était fini, que ce n’était qu’un incident dont le temps effacerait le souvenir. Or, il venait de constater que l’incident en question n’était pas du tout tombé aux oubliettes.

Cette fois, il avait fait une belle gaffe. On avait dû relever son numéro d’immatriculation avant qu’il déguerpisse. Cette histoire allait lui coûter cher. Il saisit la pince à levier et la jeta sur le siège arrière par le cadre d’une vitre. Il reprit sa marche. Une question lui taraudait l’esprit : quelqu’un avait peut-être averti la police ou le chauffeur de la Porsche, mais comment celui-ci savait-il où il habitait ? Il ouvrit la porte de son appartement.

« M. Todd Collins, si je ne m’abuse ? » lança un petit homme en se levant du canapé. Il était flanqué de deux gaillards, un noir, l’autre de type espagnol, et tous les deux taillés comme des rugbymen. Le petit homme avait des dehors aimables. En revanche, les deux costauds semblaient prêts à lui arracher la tête à mains nues. Il aurait pu prendre ses jambes à son cou mais, à en juger par les renflements sous leurs vestons, il n’aurait pas pu s’attendre à aller bien loin. Il conclut qu’il avait affaire au conducteur de la Porsche.

« Oui, c’est moi, » répondit Todd en entrant dans l’appartement. Il referma la porte derrière lui.

« Tu sais qui je suis ? » lui demanda le petit homme.

Todd était sur le point de répondre : « Le propriétaire de la Porsche, » mais il se ravisa, jugeant qu’il avait tout intérêt à ne pas aggraver la situation. Il fit non de la tête, ayant senti que ses cordes vocales l’avaient lâché.

« Tant mieux, ça facilite les choses. Tu as peut-être intérêt à ignorer qui je suis. Ce qui compte, c’est que moi, je sache qui tu es. Tu piges ? »
Todd acquiesça d’un signe de tête.

« Je parie que tu regrettes de ne pas avoir laissé ‘les renseignements concernant ton assurance,’ hein ? » poursuivit le petit homme.

« Je peux réparer ça. Je peux payer. »

Le petit homme leva une main et fit non de la tête. « C’est trop tard pour ça. » Il détailla Todd de pied en cap. « D’ailleurs, ça m’étonnerait tu puisses payer. Les dégâts matériels sont accessoires, mais ton sale coup a eu des conséquences particulièrement graves. Pose ton journal. »
D’abord déconcerté, Todd hésita avant d’obtempérer. Il déposa le journal sur la table basse abîmée, au milieu du salon. Le petit homme poussa le magazine sur le côté, ouvrit le journal et tapota la première page du dos de la main.

« Tu vois ce que tu as fait ? »

Todd parcourut la manchette : UN DEALER ARRÊTÉ LORS D’UN CONTRÔLE ROUTIER.

« La véhicule que tu as embouti appartient à un de mes gars. En rentrant chez lui l’autre soir, il a été arrêté à cause d’un phare cassé. Les flics ont découvert qu’il était en possession de deux kilos de cocaïne. Il va avoir de sérieux ennuis et je me retrouve privé d’un homme, sans parler de la perte d’un paquet de fric. Tu saisis maintenant ? Tu vois ce qui s’est passé à cause de toi et pourquoi on est venus te voir ? »

« Je suis désolé. »

« Peu importe. »

« Je ne savais pas. »

« Tu n’aurais pas pu le savoir. Mais j’ai perdu un gars précieux qui avait un boulot à faire. Maintenant il est hors circuit et c’est là que tu interviens.» Le petit homme pointa un doigt dans sa direction.

Todd sentit son estomac se nouer. Il n’aimait pas du tout la tournure que prenaient les évènements. Il savait que c’était le juste retour des choses, mais pas sous la forme d’une pareille sanction. Il pouvait accepter un retrait de points sur son permis de conduire et une amende. Il serait même prêt à se faire rouer de coups. Mais ce que le petit homme envisageait en guise de punition le remplit d’effroi.

« Moi ? » bégaya-t-il.

« Oui. Il va falloir que tu prennes sa place. »

Les rugbymen plissèrent le nez. Ils savaient que Todd ne convenait pas et ce dernier était de leur avis.

« Vous voulez que je fasse quoi ? »

Le petit homme arbora un large sourire. « Bravo, je n’en attendais pas moins. Ces deux-là me disaient que je faisais un mauvais choix ! »

Les deux balèzes froncèrent les sourcils.

Le petit homme plongea la main dans sa poche, en tira un trousseau de clés et le lança à Todd qui l’attrapa, puis le regarda attentivement.

« Ce sont les clés d’une Jaguar noire. Tu la trouveras devant Danko’s, le restaurant du centre-ville. Amène-la moi à Oakland. »

« Quand ? »

« Ah, tu me plais, toi. Je me demandais si je n’allais pas me contenter de te faire tabasser, mais je voulais te donner une chance de réparer tes torts et tu as joué le jeu. Tu as évalué la situation et décidé d’assumer ton erreur. J’admire ça. » Le petit homme se redressa et laissa tomber un bout de papier sur le journal de Todd. « Amène-moi la Jaguar ce soir. Toutes les adresses sont marquées là-dessus. On se retrouve à minuit. »

Le rugbyman noir écarta Todd du passage pour ouvrir la porte. C’était un geste mesquin, mais Todd n’allait pas le lui faire remarquer. Au moment où le petit homme s’en allait, il lui saisit le bras… et se fit fusiller du regard. Il était bien conscient qu’il ne devait pas le toucher, mais il s’en moquait. Il savait que ce qu’on allait lui demander de faire était illégal, mais jusqu’à quel point : il voulait juste savoir.

« Je vais trouver de la drogue dans cette bagnole ? » demanda Todd.

Les rugbymen se raidirent. D’un signe de la tête, le petit homme désigna son bras. Todd lâcha prise.

Le petit homme répondit sur un ton caustique : « Malheureusement, tu n’as le choix, Todd. Sois à l’adresse d’Oakland à minuit. »

***

La Honda ayant été démolie par les rugbymen, Todd se rabattit sur les transports en commun pour se rendre à San Francisco. Il aurait fallu compter dans les deux mille dollars pour remplacer les pneus et le pare-brise. Une nouvelle voiture lui reviendrait moins cher.

Son trajet en train express, puis en bus se termina par une bonne marche à pied au terme de laquelle il arriva au croisement de Bush Street et Powell Street. Avec son parking privé, Danko’s était un établissement chic et unique en son genre pour cette ville. Ce n’était pas un parking à proprement parler, mais une voie sans issue, située à droite du restaurant et réservée aux voitures de la clientèle. Deux vigiles montaient la garde. Vu leur gabarit, on aurait pu croire qu’ils étaient parents des deux gaillards du petit homme. Ce que ce dernier exigeait de Todd en guise de dédommagement n’était certainement pas du gâteau. Cela dit, c’était quand même réalisable.

L’air dégagé, Todd passa devant le restaurant en comptant ses pas, puis bifurqua à droite après le dernier immeuble et s’engagea dans Powell Street. Il tourna de nouveau à droite à l’intersection suivante et compta ses pas une fois de plus. Arrivé à quatre-vingt-sept, il s’arrêta devant un immeuble étroit qui semblait coincé entre ceux qui étaient mitoyens. La porte était verrouillée, mais il y avait une sonnette avec interphone. Todd appuya sur le premier bouton venu.

« Oui, » répondit une voix de femme.

« Livraison de pizza, » lança Todd.

« On n’a pas commandé de pizza, » aboya-t-elle.

« Désolé. C’est le 3 A ? »

« Non, le 4 A, imbécile ! »

« Excusez-moi. Vous pouvez me laisser entrer ? »

Elle lâcha un grognement et la porte s’ouvrit avec un clic.

Todd se glissa à l’intérieur et monta le premier escalier à grandes enjambées. Une aubaine : la fenêtre du palier donnait sur le parking du restaurant. C’était ce qu’il espérait mais, manque de chance, il n’y avait aucune issue de secours. Elles se trouvaient toutes à l’avant du bâtiment. D’un coup sec, il dégagea le loquet de la fenêtre qu’il fit glisser pour l’ouvrir. À sa grande surprise, il ne rencontra aucune difficulté.

Dans l’allée, un des vigiles avançait d’un pas rapide pour aller chercher la Range Rover d’un client. Todd attendit que le propriétaire ait réintégré son 4 x 4, puis il grimpa sur le rebord de la fenêtre et sauta. Il se réceptionna durement au sol. Une décharge électrique lui sillonna les jambes et remonta jusqu’à l’aine où la douleur fut encore plus fulgurante. Il réfréna un cri en se mordant les lèvres et s’écroula à genoux. Trop occupés à se disputer un pourboire, les vigiles ne l’avaient pas remarqué. Progressant à quatre pattes, Todd vint se placer derrière la voiture la plus proche pour pouvoir balayer le parking du regard.

Un problème inattendu avait surgi. Il y avait deux Jaguar noires, une XK8 et une S-type. Le petit homme lui avait dit de prendre une Jaguar noire, mais sans lui indiquer le modèle ou le numéro d’immatriculation. Il fouilla dans sa poche, en tira les clés, dirigea la télécommande vers les deux véhicules et appuya sur le bouton d’ouverture. La S-type émit un pépiement et ses clignotants s’allumèrent, puis s’éteignirent. Alertés par le bruit, les vigiles se retournèrent d’un coup.. Jaillissant alors de l’obscurité, Todd se précipita vers la Jaguar. Les vigiles firent de même. Mais Todd avait la chance de son côté : primo, les deux gars étaient certainement musclés, mais pas rapides et secondo, il n’avait que quelques mètres à parcourir.

Arrivé à la voiture, il s’engouffra derrière le volant et fit rugit le moteur alors que les autres n’étaient encore qu’à mi-distance. Il enclencha la première vitesse et appuya d’un coup sur l’accélérateur. La Jaguar fit un bond vers l’avant, son pare-chocs raclant l’arrière d’une Lincoln Navigator dont elle déclencha l’alarme, puis rebondit contre une autre voiture avant que Todd ne reprenne le contrôle de la direction.

Un des vigiles se rua vers le portail tandis que l’autre se mettait en travers de l’allée, s’accroupissant et ouvrant tout grand les bras pour boucher le passage. Si c’était à qui se dégonflerait le premier, Todd savait qu’il avait le dessus. Il écrasa le champignon.

« Allez, gicle, mon gars ! » s’écria Todd avec un large sourire.

Son large sourire s’effaça en rien de temps quand il comprit, juste avant qu’il ne fauche le bonhomme, que celui-ci n’allait pas s’écarter : il heurta de plein fouet le pare-brise et fut catapulté par-dessus le toit de la Jaguar.

L’autre vigile avait refermé le portail, mais ne l’avait pas verrouillé. Todd enfonça les deux vantaux qui s’écrasèrent contre une des façades du restaurant et firent voler en éclats l’enseigne en néon, puis il freina brutalement pour éviter que la Jaguar n’aille s’encastrer dans l’immeuble d’en face. Dans la rue, les autres voitures firent de brusques écarts avant de s’arrêter dans un miaulement de freins. Todd mit de nouveau les gaz, enchaînant les queues de poisson et brûlant le premier feu rouge sur sa route.

Son cœur battait à plein régime, bien plus vite que celui du moteur de la Jaguar. C’était de l’adrénaline pure qui coulait dans ses veines et il dégoulinait de sueur. Poursuivant sa route vers Bay Bridge, il relâcha peu à peu le volant qu’il serrait à le briser et se mit à rouler plus lentement.

Il partit d’un grand éclat de rire. La panique, puis la peur avaient cédé la place à une euphorie grisante. Le frisson que lui procurait ce genre de méfait était indéniable. Ça l’enchantait d’être un malfrat et ça valait cent fois mieux que d’empiler des cartons à longueur de journée !

Read more